Cherbourg, vous connaissez ?

Mais si, vous savez bien, les parapluies ! Seulement les parapluies ? Ben non, tiens… Ce serait comme restreindre Versailles à son château ou Paris à la Tour Eiffel. Ce serait réducteur et personne ne fait cela… Si ? Ah zut, j’ai raté un épisode alors !

Donc, je recommence : Cherbourg, vous connaissez ? Ah oui, j’oubliais presque : désormais – et jusqu’à nouvel ordre inclus – cela s’appelle Cherbourg-en-Cotentin, une ville d’où le soleil n’est pas absent et où l’on voit même beaucoup de palmiers.

Située à l’extrémité d’une presqu’île, la ville ne serait rien sans la mer. Elle cumule les activités de port de pêche, de plaisance et militaire. Le port transatlantique n’est plus qu’un bien beau souvenir, mais les paquebots reviennent depuis quelques années. Aucun ne sera jamais aussi élégant que le Queen Mary, parti s’ancrer définitivement à Long Beach en 1967. Même l’ombre du Titanic a fait son retour, un siècle exactement après cette unique escale de 1912… Cherbourg est née de la mer, la mer l’a nourrie, lui a permis de se développer et c’est la mer qui fait toujours rêver la ville. Mais plus seulement rêver, dirait-on.
Retrouvez ici quelques produits directement inspirés par la mer et par Cherbourg (en Cotentin).

Quelques bateaux de la Tall Ships Race amarrés dans le port transatlantique de Cherbourg, en 2005.
La Tall Ships Race – Cherbourg – 2005

Nouvelles marchandises !

Afin de proposer des produits un peu différents, j’ai ouvert une « vitrine » sur TeeChip.
Cela me permet de proposer des t-shirts ou autres produits tels que des sacs ou des posters sans avoir aucun stock.
Le principe est simple, je prépare mes produits sur l’interface en ligne et Teechip se charge de la production et de l’expédition à la demande. Le bémol, c’est que le site se trouve aux États-Unis mais, pour autant, les frais ne sont pas trop élevés (encore moins si vous prenez plusieurs produits). Le principe existe en France, me direz-vous… Oui, mais à une nuance (de taille) près : en France, le processus n’est déclenché que si un seuil initial de commandes est franchi, ce qui n’est pas le cas sur Teechip qui vous livre dès le premier exemplaire. Donc, si vous commandez, vous recevrez à coup sûr votre produit (et moi, un peu de sous).

J’ai testé la commande pour vous. Comptez une quinzaine de jours pour recevoir un produit original et de qualité…

Les commandes se font obligatoirement sur mon espace. Teechip se charge ensuite de la production et de l’expédition à la demande. Je ne possède aucun stock. Un petit conseil : commandez plusieurs articles pour réduire les frais de port.

Il est raisonnable de compter deux semaines pour la livraison.

Pour l’instant, je me suis concentré sur la réalisation de t-shirts représentant Otto Graff et sa flotte ainsi que le thème de l’affiche du groupe de rock dans lequel je jouais quand j’avais une vingtaine d’années (Rocking Chair). Mais j’ai d’autres idées dont le stade est déjà bien plus avancé que le simple crayonnage.
D’ailleurs, je dois vous laisser car j’ai deux ou trois autres choses à préparer !

 

t-shirts rocking chair et otto graff

TShirts disponibles en ligne

On parle souvent des dix premiers produits d’un classement, pourtant, on ne mentionne quasiment jamais les dix derniers. C’était vrai aussi jusqu’à ce jour sur ma boutique en ligne et puis je me suis dit qu’il n’y avait aucune raison de ne pas en parler, car ce sont aussi des produits dont la création a pris un certain temps et qui ne sont pas pires que les autres. Tout simplement, dans le palmarès des consultations, ils arrivent les derniers.

Toutes catégories

Voici les « lauréats » toutes catégories !

315 : TPN-071 – La Baie d’Écalgrain – Catégorie Photos
314 : TPN-040 – Végétation – Catégorie Photos
313 : TPN-091 – Le cap et la plage du rozel – Catégorie Photos
312 : TPN-088 – Cailloux et écume à Collignon – Catégorie Photos
311 : TPN-124 – Bateaux à quai à Tourlaville – Catégorie Photos
310 : TPN-089 – Écume sur la plage de Collignon – Catégorie Photos
309 : TPN-141 – Bateaux à Port Chantereyne – Catégorie Photos
308 : TPN-127 – Arbres à Landemer – Catégorie Photos
307 : TPN-034 – Dans une chapelle de la Hague – Catégorie Photos
306 : TPN-069 – Bateaux à Saint-Vaast-La-Hougue – Catégorie Photos
305 : TPN-085 – Au bord de l’eau au château des Ravalet – Catégorie Photos
 

 

Par catégorie

Pour ne pas oublier que chaque catégorie a son petit dernier, voici le « moins bon élève » de chacune d’elles.

Catégorie Badges
193 : BR56-011 – Vaknor la belle normande
 
Catégorie Cartes postales
 
301 : LN-A3P-015 – Blue Thunder
 
Catégorie Livres
 
Catégorie Magnets
 
Catégorie Miroirs
 
Catégorie Mugs
187 : MUG-001 – Coup de foudre sur l’eau
 
Catégorie Otto Graff
 
Catégorie Photos
315 : TPN-071 – La Baie d’Écalgrain
 
Catégorie Stickers

Il y a quelque temps, les sites A little Market et A little Mercerie annonçaient que leur propriétaire Etsy, avait décidé leur fermeture pour la fin septembre 2017. C’est en toute logique que mon espace de vente ALM a récemment migré vers Etsy. Je n’ai pas fini de tout repeindre, mais cet espace est d’ores et déjà accessible ici :
https://www.etsy.com/fr/shop/Crayonnages

Je ne sais pas s’il y restera longtemps car les conditions ne sont pas avantageuses et la fréquentation est nettement moins bonne, mais pour l’instant il existe et il vous attend. À bientôt !

J’ai une boutique en ligne. Elle me permet de vendre mes livres, mes dessins et toute la petite quincaillerie que j’élabore patiemment en parallèle avec mon activité principale.

Vous devez penser que je suis riche : que dalle ! En quelques années, elle ne m’a rapporté qu’une centaine d’euros… Quand je dis « rapporté », je parle du chiffre brut, parce que pour ce qui est du bénéfice… Alors, pour tenter de la faire vivre et de vous y attirer, je suis réduit à l’état de « cybercamelot » et je vous importune régulièrement en vous vantant les quelques avantages de crayonnages.com. Eh oui, c’est ma boutique à moi !

Et les soldes, me direz-vous !

Quoi, les soldes ? Ce n’est pas une pratique obligatoire ni automatique. Elle est très encadrée et porte avant tout sur l’écoulement des marchandises en stock. Heureusement, à part pour les livres, je n’ai qu’un stock très réduit. Par exemple, mes tirages photo et litho se font à la demande. Si j’ajoute à cela (avec modestie) que mes œuvres sont indémodables et ne sont pas périssables, je vous aurai tout dit.
En outre, il ne s’agit pas de revente mais de produits de mon crû, même si la réalisation finale a parfois demandé une assistance locale (comme pour mes mugs). Bref, j’ai travaillé pour constituer mon stock et toute peine méritant salaire, je ne brade pas mon travail. À titre d’exemple, le livre Les aventures de Sébestan m’a demandé une année de travail (qui n’a été que très partiellement rémunéré à ce jour).

Donc pas de soldes…

En revanche, à prix normal, vous trouverez sur ma jolie boutique tout un tas de choses que vous ne trouverez pas ailleurs. Si vous voulez en savoir plus, distribuer des livres et des cartes postales, n’hésitez pas à me contacter par message privé.

Bien que cela ne saute pas immédiatement aux yeux lorsqu’on le rencontre pour la première fois, Christian Leroy est un génie. Toutefois, la renommée de ce Léonard des temps modernes peinant à dépasser un rayon de 300 mètres autour de son domicile (jusqu’à la boulangerie, peut-être), il aime à se parer, en toute modestie, du titre de Génie Universel Local.

Biographie

Christian Leroy a longtemps aspiré aux titres étrangement peu convoités de « plus grand guitariste manchot » et de « meilleur dessinateur manchot ». Aujourd’hui le Manchot tend à disparaître au profit du Manchois, ce qui est bien dommage et Christian Leroy se contente désormais (bien humblement) du titre de génie. Les pessimistes diront que « la Manche » est un lieu de naissance prédestiné pour un artiste. Certes !
Les aventures de Christian Leroy ont commencé fin 1958. Très tôt, il aime barbouiller puis dessiner. Deviendra-t-il caricaturiste ou ministre, il ne le sait pas encore. Le premier déclic arrive lors de son entrée en classe de sixième et de sa rencontre avec Monsieur Lefèvre au collège Grignard, qui proclame que ce n’est pas parce que l’on peint généralement le ciel en bleu et l’herbe en vert que l’on doit s’y tenir. Plus tard, Christian vérifiera que l’enseignement de ce professeur était de très grande qualité et que les bases inculquées étaient excellentes. Il sera durablement marqué par le travail effectué alors sur la perspective. Après deux années arrive une nouvelle prof de dessin. Cela coïncide avec l’époque où Leroy décide d’étendre ses heures d’apprentissage à quelques autres cours, au grand désespoir de ses professeurs d’alors.
Viendra ensuite la période guitare pendant laquelle Christian continuera à dessiner et à réaliser les affiches du groupe formé avec ses copains… Pendant toute cette période, il s’essaiera à diverses techniques. Il conservera le crayon (graphite, mine de plomb, pierre noire) et le pastel.
Plus tard encore, notre héros partira travailler dans la région parisienne où il entrera dans une société anglaise à la pointe du marché de l’informatique et des produits audio vidéo. Là, il découvre les premiers balbutiements de ce qui deviendra le « graphisme informatique ». Il apprend à apprivoiser Ventura Publisher avec lequel il met en page ses premiers volumes, il crée, rédige et réalise le journal du support technique, remanie avec force schémas les manuels de certains produits grand public, jugés trop peu simples par des clients tels que la R à Roubaix. Il participe également à la traduction des manuels… bref, il découvre que les jouets des enfants sont conçus et fabriqués par des adultes.
Le temps passant, Leroy se fatigue de ses 4 heures de trajet quotidien. Il intègre, pendant une grosse année, un atelier de PAO et flashage. Il apprend à maîtriser un peu mieux Photoshop (version 2) Illustrator et autres XPress. Puis vient le grand tournant : Christian s’établit comme travailleur indépendant. Il réalise des traductions, met en page des manuels… La routine ! Il francise des gros logiciels tels que Winzip et Eudora et réalise pour M. A, son ancien patron, tout un tas de petits documents dont un petit manuel tirant sur la bande dessinée, destiné aux acheteurs d’antennes paraboliques, marché en plein essor à l’époque sous l’impulsion dudit M. A.
Après quelques années, Leroy décide alors qu’il est temps pour lui de revenir à Cherbourg. La passion du dessin ne l’a jamais quitté. Seule la forme a changé. Sur un conseil avisé, il s’inscrit à l’atelier graphisme de l’ESBACO où il fait la connaissance de Louis-Georges CAUVIN. Ces quelques années lui permettront de retrouver durablement la fréquentation de tout son matériel classique. L’encre de chine et le fusain viennent enrichir l’arsenal de ses outils favoris. Son goût de mélanger les techniques devient de plus en plus fort. L’un des exemples les plus aboutis à ce jour reste Les aventures de Sébestan, livre pour les illustrations duquel il mélange habilement les techniques classiques et numériques. Aujourd’hui, notre illustre génie dessine toujours, mais il reste assez réticent à la peinture. Il a pour plaisirs la réalisation d’affiches ainsi que la rédaction de textes crétins aussi, car, vous l’aurez peut-être entrevu, Christian Leroy a pour habitude de faire les choses sérieusement sans se prendre au sérieux !

Techniques

Crayon, encre, pastels, aquarelle (un peu) Tablette graphique, Illustrator, Photoshop.

Domaines

Illustration, écriture, traduction, mise en pages, édition (livres, cartes postales)

Bibliographie

La Glacerie – Mes cartes postales (coécrit et inspiré par Nathalie) Les aventures de Sébestan.

Récompenses

Guillemette d’or 2013, 2014 et 2016 catégorie « Papa t’es le plus beau du monde »

Sites

Hello !
Je vous propose, dans ma boutique en ligne crayonnages.com ainsi que dans l’espace https://www.etsy.com/fr/shop/Crayonnages, quelques tirages de certaines de mes œuvres, réalisés sous forme de lithographies numériques. Des digigraphies, me direz-vous… Eh bien non ! Une Digigraphie® doit impérativement être tirée sur une imprimante Epson, alors que je suis équipé d’un modèle Canon Pixma IX qui me donne totale satisfaction.
Quoi qu’il en soit, lesdites lithographies numériques sont tirées sur cette imprimante Canon, avec des encres pigmentées Lucia (c’est-à-dire avec des encres Canon stables et lumineuses et non avec des bidons compatibles remplis d’un liquide coloré douteux). L’encre est délicatement posée par le mécanisme sur papier Canson Infinity Etching Rag 310 g/m² A4 ou A3+. Un plaisir pour les doigts et le regard !
Bien entendu, ces travaux sont basés sur mes dessins originaux, qu’ils soient réalisés à l’encre, à l’aquarelle, au feutre, au pastel ou grâce à un bricolage numérique. Ces images sont numérisées avec mon scanner et mes petites mains, mais elles peuvent aussi être redessinées à la tablette graphique sur Joseph, mon fidèle compagnon à puces. Chaque exemplaire tiré est numéroté, signé à la main et poinçonné en relief. Il est accompagné d’un certificat, lui-même doté d’un tampon en relief (voir image) attestant le tirage par l’auteur.
Voila… C’est un peu plus cher que le reste de mes « bricoles », mais l’investissement en temps et en matériel n’est pas le même. Et comme je refuse de travailler pour rien… Je pense que vous me comprenez.
Serviteur !
ALM - La maison du maitre

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Pour diverses raisons, notre participation aux marchés de noël se limitera, cette année, au marché de Tréauville Manche. Vous y retrouverez Les aventures de Sébestan, Otto Graff le viking, ainsi que bien d’autres produits également distribués par le biais de la boutique www.crayonnages.com
Passez nous voir !