Espace personnel

Parce qu’il faut parfois savoir que aaaaargh !

Cet espace est dédié à mes coups de cœur, mais aussi à quelques-uns de mes sujets de mauvaise humeur, parce qu’il y en a !

Bientôt dans cette colonne, un commentaire de la colonne de droite. Ou pas !

You know what: I’m the hero!

Texte alternatif texte continu

Nouvelles marchandises !

Afin de proposer des produits un peu différents, j’ai ouvert une « vitrine » sur TeeChip.
Cela me permet de proposer des t-shirts ou autres produits tels que des sacs ou des posters sans avoir aucun stock.
Le principe est simple, je prépare mes produits sur l’interface en ligne et Teechip se charge de la production et de l’expédition à la demande. Le bémol, c’est que le site se trouve aux États-Unis mais, pour autant, les frais ne sont pas trop élevés (encore moins si vous prenez plusieurs produits). Le principe existe en France, me direz-vous… Oui, mais à une nuance (de taille) près : en France, le processus n’est déclenché que si un seuil initial de commandes est franchi, ce qui n’est pas le cas sur Teechip qui vous livre dès le premier exemplaire. Donc, si vous commandez, vous recevrez à coup sûr votre produit (et moi, un peu de sous).

J’ai testé la commande pour vous. Comptez une quinzaine de jours pour recevoir un produit original et de qualité…

Les commandes se font obligatoirement sur mon espace. Teechip se charge ensuite de la production et de l’expédition à la demande. Je ne possède aucun stock. Un petit conseil : commandez plusieurs articles pour réduire les frais de port.

Il est raisonnable de compter deux semaines pour la livraison.

Pour l’instant, je me suis concentré sur la réalisation de t-shirts représentant Otto Graff et sa flotte ainsi que le thème de l’affiche du groupe de rock dans lequel je jouais quand j’avais une vingtaine d’années (Rocking Chair). Mais j’ai d’autres idées dont le stade est déjà bien plus avancé que le simple crayonnage.
D’ailleurs, je dois vous laisser car j’ai deux ou trois autres choses à préparer !

 

t-shirts rocking chair et otto graff

TShirts disponibles en ligne

Cela vous paraît aberrant, n’est-ce pas… Rassurez-vous, à moi aussi !

Figurez-vous que je travaille à la maison et que l’un de mes petits plaisirs de la journée est de prendre un bon café. Toujours parce que je suis travailleur indépendant, je connais l’importance de rémunérer un travail à son juste prix et c’est pourquoi je me suis tourné vers le café issu du commerce équitable depuis une bonne quinzaine d’années. Comme tout un chacun, j’ai évidemment MA marque préférée et je pouvais m’approvisionner sans problème dans les moyennes et grandes surfaces environnantes. Je dis bien, JE POUVAIS car c’est quasiment terminé maintenant. Les rayons desdits magasins sont désormais réduits et ne sont plus remplis que de « grandes marques » (en termes de volume de ventes uniquement), de marques distributeur ou de dosettes. Tiens, au passage, vous avez remarqué que les rayons des magasins, s’ils sont de plus en plus étoffés, proposent cependant un choix de types de produits beaucoup plus restreint ?
Bref, désormais, je commande directement auprès de ma marque préférée, et, même avec les frais de port, il m’arrive d’économiser le prix d’un ou deux paquets de café.

Avantage pour le commerce local : nul, comme souvent !
Bilan carbone : nul !

Argent, pognon, galette, radis, flouze, oseille, blé… Quel que soit le nom qu’on lui donne, tout le monde veut sa part et certains sont prêts à tout pour en avoir un peu plus que les autres. Le cas du boulanger est exemplaire car il est bien l’un des seuls à pouvoir faire du blé à partir de la farine (et non l’inverse). Magie me direz-vous ? Non point. Le boulanger est un malin… Il a inventé le concept des pains de « tradition », c’est à dire qu’il fait tout bêtement le pain comme il n’aurait jamais dû cesser d’être fabriqué. Il faut dire qu’après l’apparition des terminaux de cuisson, il a dû faire face à une rude concurrence. Pour ne pas se retrouver dans le pétrin, il s’y est donc remis. Depuis, il nous vend soit des baguettes qu’il faut manger bien vite sous peine de devoir les donner aux poules, soit des pains de tradition généralement meilleurs que les autres mais avec un défaut majeur (outre le fait qu’ils sont plus chers) : ils sont enduits de farine. Cela doit faire plus vrai, plus authentique… Mouais ! Conséquence immédiate : dès le retour de la boulangerie, il faut passer un certain temps à brosser ses vêtements car, comme d’habitude, on s’est mis de la farine un peu partout. C’est tout juste drôle, me direz-vous ? Je le conçois aisément mais là où je la trouve saumâtre, c’est quand le prix dudit bout de pain augmente de 5 ou 10 centimes (d’euros) pour répercuter la hausse du prix de la farine. Là je dis, Monsieur le boulanger, j’accepte cette hausse si vous mettez dans le pain la farine dont vous aspergez généralement la croûte (pure décoration incitative d’achat).
Je crois qu’il existe une expression pour ce type d’agissement : rouler dans la farine. Décidément…

Vu dans les annonces de Pole Emploi ce matin:
Ingénieur / Ingénieure sûreté en industrie nucléaire, débutant accepté, salaire indicatif : Annuel de 28 000 à 38 000 Euros sur 13 mois .
Couturier / Couturière très expérimentée (expérience exigée de 5 Ans), salaire horaire de 9,43 Euros, 35h hebdo travail le samedi
Autrement dit : pour la sécurité nucléaire, tu es bien payé même si tu n’as pas d’expérience sur le terrain, mais pour être couturier, tu dois avoir une expérience d’enfer pour gagner une misère. Il faut dire que si tu fais une gaffe en tant que couturièr(e), le client mécontent risque de revenir.
Serai-je médisant si j’ajoute que malgré les précautions prises par Pole Emploi, on embauchera probablement UN ingénieur et UNE couturière.
Bah ! Bonne journée, les gens, le monde tourne rond…