Articles

, ,

Non, je ne pratique pas les soldes !

J’ai une boutique en ligne. Elle me permet de vendre mes livres, mes dessins et toute la petite quincaillerie que j’élabore patiemment en parallèle avec mon activité principale.

Vous devez penser que je suis riche : que dalle ! En quelques années, elle ne m’a rapporté qu’une centaine d’euros… Quand je dis « rapporté », je parle du chiffre brut, parce que pour ce qui est du bénéfice… Alors, pour tenter de la faire vivre et de vous y attirer, je suis réduit à l’état de « cybercamelot » et je vous importune régulièrement en vous vantant les quelques avantages de crayonnages.com. Eh oui, c’est ma boutique à moi !

Et les soldes, me direz-vous !

Quoi, les soldes ? Ce n’est pas une pratique obligatoire ni automatique. Elle est très encadrée et porte avant tout sur l’écoulement des marchandises en stock. Heureusement, à part pour les livres, je n’ai qu’un stock très réduit. Par exemple, mes tirages photo et litho se font à la demande. Si j’ajoute à cela (avec modestie) que mes œuvres sont indémodables et ne sont pas périssables, je vous aurai tout dit.
En outre, il ne s’agit pas de revente mais de produits de mon crû, même si la réalisation finale a parfois demandé une assistance locale (comme pour mes mugs). Bref, j’ai travaillé pour constituer mon stock et toute peine méritant salaire, je ne brade pas mon travail. À titre d’exemple, le livre Les aventures de Sébestan m’a demandé une année de travail (qui n’a été que très partiellement rémunéré à ce jour).

Donc pas de soldes…

En revanche, à prix normal, vous trouverez sur ma jolie boutique tout un tas de choses que vous ne trouverez pas ailleurs. Si vous voulez en savoir plus, distribuer des livres et des cartes postales, n’hésitez pas à me contacter par message privé.

, ,

Génie universel local

Bien que cela ne saute pas immédiatement aux yeux lorsqu’on le rencontre pour la première fois, Christian Leroy est un génie. Toutefois, la renommée de ce Léonard des temps modernes peinant à dépasser un rayon de 300 mètres autour de son domicile (jusqu’à la boulangerie, peut-être), il aime à se parer, en toute modestie, du titre de Génie Universel Local.

Biographie

Christian Leroy a longtemps aspiré aux titres étrangement peu convoités de « plus grand guitariste manchot » et de « meilleur dessinateur manchot ». Aujourd’hui le Manchot tend à disparaître au profit du Manchois, ce qui est bien dommage et Christian Leroy se contente désormais (bien humblement) du titre de génie. Les pessimistes diront que « la Manche » est un lieu de naissance prédestiné pour un artiste. Certes !
Les aventures de Christian Leroy ont commencé fin 1958. Très tôt, il aime barbouiller puis dessiner. Deviendra-t-il caricaturiste ou ministre, il ne le sait pas encore. Le premier déclic arrive lors de son entrée en classe de sixième et de sa rencontre avec Monsieur Lefèvre au collège Grignard, qui proclame que ce n’est pas parce que l’on peint généralement le ciel en bleu et l’herbe en vert que l’on doit s’y tenir. Plus tard, Christian vérifiera que l’enseignement de ce professeur était de très grande qualité et que les bases inculquées étaient excellentes. Il sera durablement marqué par le travail effectué alors sur la perspective. Après deux années arrive une nouvelle prof de dessin. Cela coïncide avec l’époque où Leroy décide d’étendre ses heures d’apprentissage à quelques autres cours, au grand désespoir de ses professeurs d’alors.
Viendra ensuite la période guitare pendant laquelle Christian continuera à dessiner et à réaliser les affiches du groupe formé avec ses copains… Pendant toute cette période, il s’essaiera à diverses techniques. Il conservera le crayon (graphite, mine de plomb, pierre noire) et le pastel.
Plus tard encore, notre héros partira travailler dans la région parisienne où il entrera dans une société anglaise à la pointe du marché de l’informatique et des produits audio vidéo. Là, il découvre les premiers balbutiements de ce qui deviendra le « graphisme informatique ». Il apprend à apprivoiser Ventura Publisher avec lequel il met en page ses premiers volumes, il crée, rédige et réalise le journal du support technique, remanie avec force schémas les manuels de certains produits grand public, jugés trop peu simples par des clients tels que la R à Roubaix. Il participe également à la traduction des manuels… bref, il découvre que les jouets des enfants sont conçus et fabriqués par des adultes.
Le temps passant, Leroy se fatigue de ses 4 heures de trajet quotidien. Il intègre, pendant une grosse année, un atelier de PAO et flashage. Il apprend à maîtriser un peu mieux Photoshop (version 2) Illustrator et autres XPress. Puis vient le grand tournant : Christian s’établit comme travailleur indépendant. Il réalise des traductions, met en page des manuels… La routine ! Il francise des gros logiciels tels que Winzip et Eudora et réalise pour M. A, son ancien patron, tout un tas de petits documents dont un petit manuel tirant sur la bande dessinée, destiné aux acheteurs d’antennes paraboliques, marché en plein essor à l’époque sous l’impulsion dudit M. A.
Après quelques années, Leroy décide alors qu’il est temps pour lui de revenir à Cherbourg. La passion du dessin ne l’a jamais quitté. Seule la forme a changé. Sur un conseil avisé, il s’inscrit à l’atelier graphisme de l’ESBACO où il fait la connaissance de Louis-Georges CAUVIN. Ces quelques années lui permettront de retrouver durablement la fréquentation de tout son matériel classique. L’encre de chine et le fusain viennent enrichir l’arsenal de ses outils favoris. Son goût de mélanger les techniques devient de plus en plus fort. L’un des exemples les plus aboutis à ce jour reste Les aventures de Sébestan, livre pour les illustrations duquel il mélange habilement les techniques classiques et numériques. Aujourd’hui, notre illustre génie dessine toujours, mais il reste assez réticent à la peinture. Il a pour plaisirs la réalisation d’affiches ainsi que la rédaction de textes crétins aussi, car, vous l’aurez peut-être entrevu, Christian Leroy a pour habitude de faire les choses sérieusement sans se prendre au sérieux !

Techniques

Crayon, encre, pastels, aquarelle (un peu) Tablette graphique, Illustrator, Photoshop.

Domaines

Illustration, écriture, traduction, mise en pages, édition (livres, cartes postales)

Bibliographie

La Glacerie – Mes cartes postales (coécrit et inspiré par Nathalie) Les aventures de Sébestan.

Récompenses

Guillemette d’or 2013, 2014 et 2016 catégorie « Papa t’es le plus beau du monde »

Sites

, ,

Services éditoriaux

Pub NormandEn plus des articles de ma boutique en ligne, je vous propose une palette complète de services adaptés à la réalisation de vos documents :

Traductions techniques

Traduction de l’anglais vers le français de documents techniques (manuels, fiches, guides divers, outils de formation, supports marketing, sites Web ou autres).

Édition

Prise en charge de la totalité du processus d’édition de livres, cartes postales, papeterie, etc. Mes propres livres et objets sont visibles et disponibles dans cette boutique en ligne.

Documentation

Création de la documentation la mieux adaptée à votre produit d’après les éléments qui me sont fournis.

Publication assistée par ordinateur (PAO)

Mise en page de supports de produits (manuels et guides d’utilisation, brochures, catalogues et outils marketing, plaquettes commerciales), de supports d’entreprise (rapports, plaquettes, journaux d’entreprise) et de documents divers (panneaux d’information, affiches, flyers, pochettes ou faces de CD, etc.).

Illustration

Outre la réalisation d’illustrations vectorielles pour manuels, livres, sites Internet, outils de communication et didacticiels divers, je peux également retoucher ou créer vos images sur Photoshop. La fréquentation assidue de l’atelier graphisme de l’École Supérieure des Beaux-Arts de Cherbourg-Octeville m’a appris à maîtriser de nombreuses techniques « classiques » que je ne dédaigne pas, à l’occasion, de mêler aux techniques numériques (voir mon livre Les aventures de Sébestan).

Conseil

Vous avez un projet de mise en place d’une solution informatique dans l’un des domaines mentionnés dans ce document et vous vous posez des questions quant au choix des produits ou à la mise en œuvre de vos outils ou de votre cycle de production, n’hésitez pas à me consulter.

Otto Graff le viking

Si vous désirez intégrer les éléments graphiques de ma collection personnelle et exclusive Otto Graff le viking à votre communication, sous quelque forme que ce soit, n’hésitez pas à me contacter.

Devis gratuit sur simple demande.

Je n’ai pas la fibre

Avoir la fibre est une jolie expression. On peut, par exemple, avoir la fibre patriotique, pour ma part je me suis découvert la fibre paternelle et j’en suis très heureux.
Mais vous vous doutez bien que si je vous dis que je n’ai pas la fibre, c’est que le sujet est tout autre. En effet, j’aimerais bien pouvoir souscrire une offre Internet à base de fibre optique afin de regrouper mes offres actuelles dans un seul package bien plus économique.
Figurez-vous que notre beau département de la Manche finance l’installation de la fibre optique. Il y a deux ans, notre conseil syndical a eu à donner son accord pour le raccordement de notre immeuble au réseau en cours de pose dans notre quartier. Comme nous n’avions rien à payer, nous avons tous voté comme un seul proprio, pas si fous. Il y a environ 18 mois que les travaux ont été faits dans notre immeuble, et notre quartier s’est trouvé raccordé au fil du temps. Les offres devaient arriver vers la fin 2010. Et puis voilà… Voilà, voilà… Frère âne, ne vois-tu rien venir ? Ben, pas grand chose. Après quelques appels chez Orange, on m’a finalement dit que rien n’était prévu chez nous pour l’instant, les opérateurs s’étant partagé le marché. Étonnement de ma part : qu’on se partage les frais des travaux, d’accord, mais le marché. Pour qui nous prend-on ?
Il y a quelques temps, nous avons donc été informés qu’un commercial SFR passerait proposer ses services dans l’immeuble. Quand il est passé chez nous et que j’ai commencé à lui parler de ligne professionnelle, il a blêmi. Ah oui, j’ai oublié de vous dire cela, je travaille à la maison et je suis plus souvent que de raison amené à télécharger des dossiers frôlant le quasi giga-octet une fois compressés. En outre, je participe à des travaux collaboratifs avec accès permanents à des bases de données qui se trouvent physiquement sur un autre continent… Je ne vous parle même pas du transfert des PDF pour impression chez mon prestataire préféré à 100 Mo la page. Bref, il est évident que j’ai besoin de la fibre mais, en tant que professionnel, je veux choisir mon opérateur et, en l’occurrence, rester chez l’opérateur historique : j’ai largement apprécié la qualité de ses services (pour une utilisation pro, on apprécie d’être dépanné dans la journée).
Alors je ne vais pas m’éterniser, je vais juste résumer la situation. Voici donc le choix qui nous est offert en ce moment :
– Souscrire coûte que coûte une offre fibre avec SFR.
– Ne pas souscrire et rester avec l’opérateur de son choix.
Je n’ai donc pas la fibre !
JUSQU’À QUAND ???

,

Les aventures de Sébestan – Les personnages

Sébestan et Zoé à la librairie en compagnie de Mademoiselle Dupart

Sébestan

Sébestan est un jeune garçon de dix ans. Attiré dans un monde magique par Guilhord, ami et collaborateur occasionnel de son père, il devra montrer beaucoup de qualités pour enfin arriver au bout de sa quête. S’il est sensible et débordant d’imagination, Sébestan est également un enfant courageux, tenace et sensé. Pour résumer, c’est le héros du livre. Il partage avec son père un goût immodéré pour les subtilités de langage et le dessin, ce qui se ressent parfois dans le texte et les illustrations de ce livre.

Zoé et Paul

Zoé est une femme dynamique et occupée. Elle travaille dans le plus important cabinet notarial de la région. Elle y occupe un poste très important et de confiance. La confiance : c’est le mot qui vient immédiatement à la bouche dès qu’il est question de Zoé. Elle est aussi l’élément sérieux et stable du foyer, celle qui calme l’exubérance un peu trop grande de Paul et Sébestan.

Paul est rédacteur et crayonneur : il rédige ou illustre des ouvrages pour des gens plus ou moins compétents mais qui se prennent toujours très sérieux. Comme il travaille à la maison, il s’occupe généralement de Sébestan les jours où il n’a pas classe. Ce sont des journées au cérémonial immuable : la priorité va aux choses sérieuses l’un écrit ou dessine, et l’autre apprend ses leçons et fait ses devoirs ; puis vient leur récréation pendant laquelle tous deux passent un long moment à inventer des histoires merveilleuses ou des mots bizarres qu’ils sont les seuls à comprendre. Parfois, ils crayonnent à deux un monstre farfelu ou Paul caricature l’instituteur, le boulanger ou un voisin. Le rire est toujours de la partie.

Mademoiselle Dupart

La Dupart, dite Mademoiselle, est la propriétaire du « Tigre de papier », la boutique favorite de Sébestan et de Zoé. C’est une librairie où ils se sentent comme chez eux. On y trouve tellement de choses qu’il y a même quelques ouvrages rédigés par Paul. Sébestan aime vraiment cet endroit, toutefois, il a toujours une légère appréhension lorsqu’il voit arriver Mademoiselle Dupart qui, avec ses cheveux roux, ses lunettes et son air supérieur et inquiétant, lui évoque immanquablement une fée carabosse de port de pêche. Pourtant, elle lui a conseillé de bien beaux livres dont il se délecte toujours. Contrairement à ce que pense Sébestan, c’est probablement une personne recommandable puisque c’est une amie de Zoé et Paul.

Guilhord

Guilhord est le président du syndicat du Monde Magique, c’est lui qui est chargé de la publication du journal de la congrégation des magiciens. Par l’intermédiaire d’un de ses livres, récemment réédité, il réussit à attirer Sébestan sur l’île aux Signes et lui confie une lourde mission : retrouver une mystérieuse clé. D’abord un peu intimidé par ce bonhomme à l’aspect désuet mais à la grande notoriété (locale), Sébestan finira par trouver en lui un compagnon agréable et un réconfort. Toutefois, Guilhord reste, sous certains aspects, un personnage mystérieux et inquiétant et une question à son sujet restera toujours sans réponse : est-il un vrai mage noir ou un faux mage blanc ?

Thamar

Comme son nom l’indique, Thamar est un lutin. C’est à lui que Paul, le père de Sébestan a confié la carte qui permettra à Sébestan de retrouver la clé objet de sa quête. Ce petit bonhomme parfois irascible est un joyeux drille mais un piètre chanteur. Et pourtant, il chante ! Passionné par les instruments de musique, il voue une passion toute particulière au bouzouki irlandais.

Anthy

Anthy est un amiral de cavalerie (ce n’est pas si difficile, il suffit pour cela d’avoir passé une partie de sa vie sur un bateau tiré par des chevaux). En réalité, ce n’est plus si simple pour lui car ses chevaux sont partis, le laissant totalement désemparé sur son bateau-maison qui ne peut plus bouger.

Roger Piper

Roger Foigradoy, alias Roger Piper, est un ancien maçon qui n’a rien trouvé de plus drôle que de construire une maison mitoyenne isolée en plein milieu d’un bois. C’est là qu’il s’adonne à son passe temps favori : souffler dans un instrument de musique étrange, basé sur les anciens chalumeaux, qui se termine en pipe.

Harbour

Morris Harbour est le propriétaire anglais du château de Russel. C’est un bonhomme non dénué d’humour, ami de Roger Piper.

Madame Tine

Augustine Léontine Tine, communément appelée madame Tine, était auparavant un chirurgien très réputé mais, du fait de la spécialité qu’elle avait choisi, sans patients. En effet, parmi le grand nombre de clients potentiels, très peu avaient conscience de leur état et aucun ne souhaitait vraiment y remédier. De dépit, elle a quitté la grande ville et exerce désormais le noble art de l’apiculture.

Gaston le Dragon

Les Monts de l’Est sont le repère d’un énorme dragon. Ladite bestiole a, selon la légende, percé quatre ouvertures sur le versant nord, qui surplombe la mer, afin de pouvoir se défendre contre les intrus. En fait, ces ouvertures ont été pratiquées dans ce versant par Éléonore, épouse du dragon et peintre amateur. Ces ouvertures lui permettent à la fois de dessiner des paysages marins. C’est par l’une de ces ouvertures que cette mégère interpelle son « Maître », qui accepte de lui donner des cours particuliers. Et Gaston dans tout cela ? Il subit, passant une bonne partie de son temps à se baigner dans les eaux profondes de la baie. Si vous voulez mon avis, ce bon bougre a bien raison.

Elmer Quentin

Ah ! C’est un personnage comme nous en connaissons tous. Il est inspiré par les discours sans queue ni tête du maire de Champignac (ne me dites pas que les discours comme ceux-là existent dans la vraie vie). Toujours est-il que ce sympathique hurluberlu se prend pour le roi de l’île… Il serait plus juste de dire que si l’île se dotait d’un roi, il aimerait que ce soit lui… Alors, en attendant, il peaufine les discours qu’il prononce, à titre d’entraînement, devant ses administrés (eh oui, il a quand même été élu maire…) qui attendent juste qu’il est fini de parler tout seul pour se ruer sur le buffet.

Le gardien des totems

Un gardien garde. Celui-là n’échappe pas à la règle. Il est le gardien d’un territoire où sont élevés de curieux mâts totémiques à l’effigie de Wilghat, une très ancienne divinité chargée de guider les navires et les voyageurs dans la nuit.

Agathe Zeblouse

Historienne très locale universellement connue et reconnue dans sa ville. C’est un personnage très désagréable, incollable sur la saga d’Otto Graff le viking, dont la statue érigée au milieu du port, pourrait abriter la clé tant convoitée par Sébestan. Bizarrement, cette femme acariâtre apportera un grand réconfort à Sébestan.

Polycarpe Fouchtras

Ce vieux complice de Guilhord est un collectionneur invétéré de vieilles voitures. Contre toute attente, ce pénible individu est capable de redonner vie à la plus rouillée des carcasses. Mais il y a un problème : une collection de voitures ne se range pas sur une étagère. C’est pourquoi notre bonhomme a, il y a quelques années, fait l’acquisition d’une ancienne abbaye, que, par dérision, les enfants de la région appellent désormais l’abbaye du vieux.

Metty

C’est une petite fille toute douce, très gentille, sensée et à la tête peuplée d’innombrables rêves. Donnera-t-elle la clé à Sébestan bien que son nom ne figure pas sur la carte remise par Thamar ?

, ,

Une souscription pour Sébestan

les aventures de Sébestan

Couverture du livre

Le projet d’édition des Aventures de Sébestan est déjà bien avancé. Toutefois, son étape cruciale est l’impression, qui dépend uniquement de la réussite ou non de la souscription. Mon souhait est de faire paraître ce livre pour les fêtes de noël 2011, il faudrait donc, dans l’idéal, que les fonds nécessaires à l’impression soient rassemblés pour le 10 octobre. Pour cela, il me faut rassembler au minimum 400 souscripteurs. C’est possible avec votre aide à tous, c’est pourquoi je vous encourage à diffuser au maximum l’information ainsi que le bon de souscription auprès de vos connaissances. Les commandes regroupant 10 exemplaires ou plus bénéficieront d’une réduction supplémentaire de 1€ par exemplaire.

Vous avez dit souscription ?

Suite à quelques conversations récentes, il me semble utile de rappeler le principe de la souscription : l’organisateur de la souscription a besoin d’une certaine somme pour pouvoir mener à bien une opération (dans ce cas, l’impression). Pour cela il demande la participation de souscripteurs éventuels qui, en échange, bénéficient d’un tarif préférentiel pendant la durée d’ouverture de la souscription. Le souscripteur envoie son bon de souscription accompagné de son règlement et, dès que l’organisateur dispose de la somme nécessaire, il peut mener à bien son projet. La durée de la souscription peut donc être prolongée tant que la somme n’est pas réunie.

Il est bien évident que les bons non accompagnés de leur règlement ne seront pas pris en compte.

Alors téléchargez, remplissez et envoyez vite votre bon de souscription !

, ,

Ouverture de notre boutique en ligne

Nous en rêvions depuis longtemps, et c’est maintenant chose faite : notre boutique en ligne ouvre officiellement ses « portes » à l’adresse http://www.leroycorp.com/. C’est un grand progrès pour nous car, grâce à la simplicité des outils de réalisation proposés par jimdo, nous avons pu créer un espace qui nous permettra de diffuser plus largement les produits édités par nos soins. Comme on n’est jamais si bien servi que par soi-même, nous lui adressons tous nos vœux de prospérité…

Un aperçu de nos cartes postales

[slideshow id=9]

Cartes postales – Représentation idéale des lieux destinée à impressionner le destinataire en faisant mentir l’expéditeur. 
Pierre Daninos

,

Une histoire d’amour vache en cartes postales

Otto Graff, le héros de notre série XI siècles de Normandie

Voilà, elles sont arrivées ! Nos collections de cartes sont désormais disponibles. Vous trouverez un descriptif sur cette page. N’hésitez pas à prendre contact si vous souhaitez plus de renseignements dans le cadre d’une éventuelle distribution ou d’un achat.

Au programme, outre les incontournables paysages de notre région, quelques cartes plus humoristiques liées à la célébration du XIe siècle de la Normandie. Dessin, réalisation, édition, tout est fait maison, y compris Otto Graff le viking, représenté ci-contre (reproduction interdite).

L’application prout !

Je dois avoir un peu vieilli ! Je travaille depuis déjà plus de vingt ans à traduire du code pour à peu près tout ce qui peut en contenir, de l’ordinateur classique aux démodulateurs d’antennes satellites, magnétoscopes, matériels portables et tableaux de bord de tout poil. Depuis tout ce temps, je me dis que mon travail contribue à améliorer un peu la vie de mes contemporains… On se motive comme on peut, n’est-ce pas ? Mais trop c’est trop : quand je pense au fric et à l’énergie dépensés pour développer et vendre des applications aussi crétines que la susdite application « prout », tout cela dans le but d’inciter des ados (mais pas seulement eux) à la télécharger pour quelques euros. Vendre pour vendre ne fait progresser personne. Oui, j’ai vieilli. Tiens, au fait, j’espérais être en retraite dans 8 ans. Je crains d’être obligé de rempiler. Ce sera dur. Comme l’a si bien dit Woody Allen : L’éternité c’est long, surtout vers la fin.