J’ai une boutique en ligne. Elle me permet de vendre mes livres, mes dessins et toute la petite quincaillerie que j’élabore patiemment en parallèle avec mon activité principale.

Vous devez penser que je suis riche : que dalle ! En quelques années, elle ne m’a rapporté qu’une centaine d’euros… Quand je dis « rapporté », je parle du chiffre brut, parce que pour ce qui est du bénéfice… Alors, pour tenter de la faire vivre et de vous y attirer, je suis réduit à l’état de « cybercamelot » et je vous importune régulièrement en vous vantant les quelques avantages de crayonnages.com. Eh oui, c’est ma boutique à moi !

Et les soldes, me direz-vous !

Quoi, les soldes ? Ce n’est pas une pratique obligatoire ni automatique. Elle est très encadrée et porte avant tout sur l’écoulement des marchandises en stock. Heureusement, à part pour les livres, je n’ai qu’un stock très réduit. Par exemple, mes tirages photo et litho se font à la demande. Si j’ajoute à cela (avec modestie) que mes œuvres sont indémodables et ne sont pas périssables, je vous aurai tout dit.

En outre, il ne s’agit pas de revente mais de produits de mon crû, même si la réalisation finale a parfois demandé une assistance locale (comme pour mes mugs). Bref, j’ai travaillé pour constituer mon stock et toute peine méritant salaire, je ne brade pas mon travail. À titre d’exemple, le livre Les aventures de Sébestan m’a demandé une année de travail (qui n’a été que très partiellement rémunéré à ce jour).

Donc pas de soldes…

En revanche, à prix normal, vous trouverez sur ma jolie boutique tout un tas de choses que vous ne trouverez pas ailleurs. Si vous voulez en savoir plus, distribuer des livres et des cartes postales, n’hésitez pas à me contacter par message privé.

Pour qu’un livre ou une carte voie le jour, il est nécessaire de faire appel à de nombreuses techniques modernes d’un emploi plus ou moins délicat selon qu’on les maîtrise ou pas. Les produits proposés ici ne font pas exception à cette règle. Leur réalisation a souvent été l’objet d’un processus long. Ils ont toutefois un autre point commun : quelle que soit leur complexité, ces objets ont vu le jour sous forme d’idées jetées sur le papier.

De simples crayonnages.

Crayonnages, c’est le nom de ma boutique en ligne. Vous y trouverez des livres, des cartes postales, des magnets, des badges, des miroirs, des stickers, des tirages papier, etc.
N’hésitez pas à aller la visiter de même que la page Facebook qui lui est consacrée (et à laquelle vous pouvez vous abonner).

Je compte sur vous pour la faire connaître.

L’histoire de Sébestan est un projet a muri dans ma petite cervelle pendant quelques années avant de voir le jour. Le but initial était de rédiger et illustrer un livre qui s’appuierait sur un site web montrant des vues de sites réels ayant servi de base à certaines des illustrations. L’évolution du livre en cours de rédaction en a décidé un peu autrement.

Le livre

40 pages, format A4 à l’italienne.

Le site sebestan.com

Un site a été conçu pour, dans un premier temps, faciliter et promouvoir la parution du livre. Son rôle ne se limite pas à cela car il s’est transformé en support de référence destiné à enrichir la lecture dudit ouvrage. Ce site s’est retiré depuis peu pour être intégré au sein de ces pages.

Nous vivons une bien belle époque. Tous ces cons si fiers de leur téléphone portable et qui, au lieu de s’en servir pour appeler leurs amis et les prévenir qu’ils les attendent au pied de l’immeuble préfèrent klaxonner ou gueuler comme des ânes sous nos fenêtres.

Il est vrai que les téléphone sont devenus plus intelligent que les ceusses qui s’en servent. Pour passer un coup de fil, il faut donc potasser le manuel dudit bigorneau, lequel manuel est, comme chacun le sait, écrit en anglais par un pakistanais dans le seul but de filer des sueurs froides au pauvre bougre qui va le traduire pour un tarif de misère et qui sera payé à perte de vue fin de mois.

Tout ceci vous rappelle quelque chose ? Rassurez-vous, à moi aussi !