Page 21

Non Morris, je n’ai jamais eu peur des dragons et pour une bonne raison : je ne croyais pas qu’ils existaient vraiment.

La peur fonctionne ainsi… On ne peut avoir peur de ce en quoi on ne croit pas.

Explique-moi plutôt pourquoi on parle des Monts de l’Est alors qu’ils sont au centre de l’île.
– C’est très simple, si tu regardes notre position actuelle sur la carte, ils sont à l’Est…

Mine de rien, j’ai peut-être réinventé la relativité.

– Est-ce une grande montagne ? poursuit-il.
– Non, je dirais plutôt que c’est une grande colline dont l’escalade est très fatigante pour un mage de mon âge.

Drôle de pays que celui où l’on nomme « montagne » une simple colline rocheuse.

Les Monts de l’Est sont une barre rocheuse très ancienne qui sépare la contrée en deux et dont l’altitude ne dépasse pas une centaine de mètres. Ils dominent et protègent l’accès à la baie de Port-Aux-Signes et sont traversés sur leur façade maritime par un tunnel.

Tu habites Cherbourg ? Tu me crois maintenant quand je te dis que c’est un livre à clés ? Voir aussi page 23 les mentions au fort.

Page 22

Gaston le dragon est un être bien singulier… Mais son traitement est « assez » classique. Dessin à l’encre et au crayon avec plaquage de textures pour la peau. Pour le paysage, dessin effectué avec Artrage, colorisation et collage des nuages avec Photoshop.

Page 23

La vieille est encore sur les nerfs ! Ne vous avisez pas d’aller lui échauffer les oreilles, sinon il vous en cuira. Si en plus son prof la laisse mijoter trop longtemps, je crains le pire…

L’ambiance est à la cuisine ainsi qu’au chaud et froid, comme à plusieurs reprises dans cette page !

La vieille ? Son professeur ? Les deux compères sont interloqués. Ils s’attendaient à un terrible dragon et ils vont devoir affronter une mégère.

C’est souvent la même chose, non ?

Et tout ce petit monde s’engage dans le tunnel. Chemin faisant, le domestique explique à nos amis qu’ils sont, en fait, dans l’atelier de peinture de Madame Éléonore, plus particulièrement dans sa galerie personnelle.

Tunnel, galerie… Elles est drôle, non ? Non ! Ah zut ! J’ai mis 3 (trois) jours à la trouver !

Mon père m’a appelée Éléonore en hommage à l’étoile polaire..

Ben oui… L’étoile polaire, elle est au Nord !

– Dragon de papier ? dit Sébestan surpris.

Relis les premières pages… Comment s’appelle la librairie de la Dupart ?

– Nous avons essayé ce système, répond Éléonore à la grande surprise du jeune garçon, mais nous l’avons abandonné : il y avait bien trop de friture sur la ligne.

Le friture est, dans ce cas, inévitable…

Page 24

L’image de la page 24 est une photo d’un travail réalisé en atelier avec mon maître à moi (que la chaîne de son vélo soit à jamais graissée).

Le professeur, jusqu’alors perché sur un grand escabeau et occupé à réparer le toit branlant de son atelier, descend précipitamment, prend un cageot dans lequel il entasse divers objets, puis le fixe sur le porte-bagages de son vieux vélo qu’il enfourche illico pour se lancer …

Escabeau, professeur, vélo avec cageot ? Si vous avez un jour fréquenté l’ESBACO (École Supérieure des Beaux-Arts de Cherbourg-Octeville), je n’ai pas besoin de vous en dire davantage.

… vous avez un peu brûlé votre glacis.

Encore une vanne facile, non ?

Je vois, ce sont les clés aux peintres, ironise le jeune garçon qui cherche à se donner une contenance avec ce jeu de mots très approximatif.

Clés aux peintres… Les bergers, eux, ont des clés aux pâtres !

Page 25

Sébestan rêve d’un grand bol de chocolat bien chaud accompagné d’un bon gros pain aux raisins.

Comment ne pas lui donner raison ?

Ah ! Vous n’êtes pas d’ici, vous… Aujourd’hui, c’est grougroudi, et, comme tous les grougroudis, nous devons aller écouter Elmer.

Le grougroudi est le jour de la semaine que je préfère… Ne me demandez pas pourquoi, je ne saurais pas vous répondre. Un peu comme le jour frabieux dans l’Alice de Tim Burton.

Quelle attitude singulière, même de la part d’un journaliste.

Ah ! Les correspondants de presse locaux… Comme tout ce qui est suivi de l’adjectif local, d’ailleurs. Voir l’historienne de la page 32.
La plupart des vrais journalistes sont des gens dont le seul but est de bien faire leur travail.

– Guilhord, c’est quoi le grougroudi ?
– C’est le jour de la semaine, pardi.

Attention : le pardi n’est pas un autre jour de la semaine. Vous devez confondre avec mardi !

– Signaises, Signais… Commence le maire Elmer.

Le maire Elmer… Il y a deux maires ?
Elmer Quentin : l’étymologie de ce nom est incertaine. Semble être une forme issue de l’espagnol Mercantil.

Le particularisme dû à notre histoire unique ainsi que la mutualisation généralisée des synergies nous permettent d’amalgamer nos compétences dans ce nouveau pôle d’excellence dont nous tirons une immense satisfaction, tant locale que galactique, et réciproquement, poursuit le bonhomme.

J’en connais un qui faisait vraiment des discours de ce genre… Le maire de Champignac ? Pas seulement. Mais il y en a certainement bien d’autres. En tout cas, la première fois, cela surprend !

– Rien de spécial, il soliloque…

J’adore ce mot que j’explique à la page suivante.

N’oubliez pas le guide…