Page 26

– Il ne s’en aperçoit pas ?
– Jamais. Il pense que ce type de langage est lié à sa fonction et qu’il est normal de le pratiquer. C’est d’ailleurs un xylolinguiste éminent.
– J’aime bien ce mot ! Papa dit souvent que le rabot est le seul correcteur grammatical qui convient à la langue de bois.

Le mot xylolinguiste mériterait d’exister. C’est beau le bois.

– Vois-tu Sébestan : il arrive parfois que l’élection d’une personne permette avant tout de mesurer la médiocrité de ses adversaires. Bien entendu, ni le gagnant ni le perdant n’en sont conscients et c’est peut-être mieux ainsi.

Cet axiome a encore de beaux jours devant lui. Les aventures de Sébestan : livre politique ?

– Le fameux Guilhord ! J’ai beaucoup entendu parler de vous, l’un des plus grands illusionnistes de l’île.
– Vous en êtes un autre, répond Guilhord qui préfère être qualifié de magicien.

Se faire traiter d’illusionniste par un homme politique. C’est presque risible !

tempère le maire

Toujours cet humour navrant !

Page 27

Quelques collages numériques seulement (feuillages) sur cette illustration. Le château et l’assistance sont deux dessins superposés. Ils ont été réalisés à l’encre acrylique (Rohrer et Klingner).
Le château est celui des Ravalet.

Page 28

Dessin réalisé au pastel. Le fond et la végétation de gauche sont des collages numériques.

Page 29

– Sébestan mon ami, il n’existe que deux espèces d’éléphants : ceux d’Asie et ceux d’Afrique. Et comme nous ne sommes pas en Asie…

Quoi qu’en pense Sébestan, c’est profondément logique, non ?

les tours ont été érigées par les anciens habitants de l’île en l’honneur du dieu Wilghat, qui protège les navigateurs perdus en leur indiquant le chemin dès la tombée de la nuit.

Comme des phares, non ? Wilghat se prononce vilgatt

Alors qu’ils progressent, ils commencent à voir apparaître des colonnes bizarres, sortes de mâts totémiques en bois ornés d’animaux et se terminant par un cylindre d’où partent deux ailes – ou plutôt deux faisceaux – et coiffé d’un dôme.

Il ne faut pas confondre totem et mât totémique.
Totem : animal considéré par une tribu comme son ancêtre et son protecteur.
Mâts totémiques : sculptures monumentales qui se présentent sous la forme de poteaux en bois

– Ordinaires ? Sur un éléphant ? Laissez-moi rire. Qui pensez-vous tromper ? Bon, de toute façon, je préfère cela car, dans le cas contraire, j’aurais été obligé de prévenir le ministère de la défense et ces gens ne sont guère civils.
– Évidemment, dit Sébestan, ce sont des militaires.
– Détrompe-toi, le reprend Guilhord. Si l’on excepte l’amiral Anthy, il n’y a aucun militaire dans notre île. Cet homme veut dire que le personnel du ministère manque de civilité. Il est peu urbain, si tu préfères.

Allez, amuse-toi à retrouver les allusions aux éléphants et à la guerre.
Moi aussi, je me suis bien amusé en écrivant cette étape.

– Évidemment rétorque à son tour le gardien… Le ministère est en campagne.
– Une campagne sans guerre et sans soldats, s’esclaffe Sébestan que cette situation grotesque amuse de plus en plus, ce n’est guère courant. Mais alors, reprend-il plus sérieusement, peux-tu me dire pourquoi il y a dans cette île un ministère de la défense s’il n’y a pas d’armée.
– Ah, c’est une vaste question.

Le personnage du gardien m’a été inspiré par une visite au château de Domeyrat (Haute-Loire) où le gardien, personnage truculent joué par un comédien, accueille les visiteurs avec un discours à la fois agressif et drôle.

Page 30

comme tu es ici dans les pages d’un livre, je suis allé me renseigner sur toi dans les pages précédentes pendant que tu tenais salon avec ton compagnon.

Ouaip! C’est magique, un livre ! Je te l’ai déjà dit… Tu ne m’écoutes pas !

Que m’arrivera-t-il ?
– Alors tu ne passeras pas.
– C’est une idée fixe !
– Non, c’est juste mon métier. Je suis payé pour cela – assez mal d’ailleurs – et je le fais sans me poser trop de questions.

Ah ! Que ne ferait-on pas en s’abritant derrière le prétexte du travail ! « C’est pas ma faute, je faisais juste mon boulot »… Ben tiens !

– Gérard ! Quelqu’un comme toi ne peut s’appeler que Gérard.

Gérard, ce n’est pas de toi qu’il est question. Mais bon Gérard, toi non plus. C’est incroyable le nombre de Gérard qu’un type de mon âge peut connaître !

– Oui. Le nombre de tes réponses est limité, mais le règlement ne précise rien à
propos des éventuelles questions.

Il est toujours intéressant de lire les règlements, voire les lois…

Si mon père a décidé que tu es une sorte de gardien de phare, alors tu t’appelles Dinalhuil!

F’est bon les fardines à l’huile…
Il est bien lourdingue, celui-la, hein !

N’oubliez pas le guide…