Page 31

Le gardien des tours de Wilghat est fortement inspiré du gardien du château de Domeyrat (Haute-Loire) et de son accueil musclé des visiteurs. On ne devrait jamais visiter ce genre de lieu lorsqu’on travaille sur un bouquin… Quelques fragments de mâts totémiques Haïdas se retrouvent sur les mâts de gauche. Notez les similitudes d’inclinaison entre les deux mâts de l’arrière plan et l’armement du gardien. C’est un vrai boulot de pro!

Qu’il me soit permis de rappeler ici que le totem n’est pas généralement répandu dans toutes les tribus indiennes et que le mot totem désigne à l’origine l’animal ou l’entité représentée sur le mât et non le mât lui-même. Le phare représenté en arrière plan et, plus symboliquement, sur les mâts est celui de Gatteville.
Côté technique, le phare et le ciel sont réalisés à l’aquarelle avec quelques réhauts de pastel, les mâts sont dessinés au crayon avec encrage (acrylique pour les couleurs, encre de chine noire pour les contours). Celui de droite représente la divinité Wilghat, qui trempe ses moustaches dans les vagues et nous fait bénéficier d’un éclat lumineux qui tire un peu sur le verre brisé. Il est vrai que les antiques peuplades locales avaient une notion très tranchée du symbolisme.

Page 32

– N’oubliez pas de faire une pause de temps en temps pour nourrir votre bourricot. Ça doit consommer ces bêtes-là ! Heureusement que je ne suis pas le gardien des alignements de cornacs.

J’aime bien le mot bourricot, que je trouve familier et gentil. S’applique-t-il vraiment à un éléphant ? Dans notre Cotentin, on dit aussi un quetton !
Bien entendu, tu sais ce que sont un cornac et les alignements de Carnac
Je suis vraiment très drôle, non ?

– Qui est ce barbu, demande Sébestan ?

Ce n’est pas moi, répond l’auteur !

– C’est l’homme le plus glorieux de la région : Otto Graff le navigateur.

Alors c’est peut-être moi, finalement.
J’ai créé quelques produits spécifiques à Otto Graff. Tu peux les retrouver ici.

Et puis, un jour, l’appel du large fut de nouveau le plus fort et il s’est embarqué vers le sud avec son beau-frère Olaf Midisson sur leur bateau, le Paraf.

Suis-moi bien : Otto Graff navigue sur le Paraf… C’est logique !
Midisson : les beaux-frères arrivent quand midi sonne, à l’heure de l’apéro ! Pas le tien ?

– Monsieur, sachez que je suis Agathe Zeblouse, la plus célèbre des historiennes locales !

Agathe Zeblouse ! Cela me fait toujours rire.
As-tu remarqué qu’il suffit d’accoler le qualificatif local à un terme pour le dévaloriser.
Perso, je suis un génie universel local

Je suis universellement connue et reconnue dans notre cité.

Qu’est-ce que je disais ?! Tu ne me crois jamais !

– Rosebourg est désormais un port de pêche. Ce n’est plus, depuis bien longtemps, une ville de conquérant…

Un peu comme Barfleur…

C’est ainsi que naissent les légendes. Et je pourrais vous en raconter bien d’autres.

C’est vrai, mais certaines légendes sont tellement belles qu’il ne faut pas y toucher.

Page 33

Rosebourg !
Étymologie : l’origine de ce nom est parfaitement établie puisque la partie gauche de l’image représente une vue du Quai de la petite France à Strasbourg (bourg) alors que l’église et ses environs se trouvent à Barfleur (rose pour fleur). Là encore, crayon, encre, collages numériques, conception de rambardes sous Illustrator… Bref, c’est encore un joyeux mélange.

Page 34

– Que nenni mon joli !

Hi hi !

Si vous attendez la marée basse…

Bien entendu, le cycle des marées décrit ici est totalement fantaisiste.

Le sable foncé est vaseux, ce qui rend leur parcours très désagréable. Ils finissent par arriver au pied du monument.

Tu as déjà fait les traversées de Tatihou ? L’édition 2019 se déroulera entre le 23 août et le 1er septembre. Si tu n’as pas peur de « marcher sur l’eau » pour aller voir des artiste de renommée internationale, renseigne-toi !

– Jeune sot ! Ce qui s’ouvre avec une clé se ferme avec une clé et nous devons évidemment fermer ces boîtes lorsque nous y avons mis le poisson.

Oui mais quand même, là, elle exagère la mémère !

Page 35

Les choses ennuyeuses durent toujours trop longtemps, il le sait bien, lui qui se dit si souvent qu’une heure en cours de mathématiques est bien plus longue que trois heures au cinéma.

Celui qui a écrit cela me connaît ! Ah c’est vrai, c’est moi ! Raison de plus alors.

Même si le voyage semble ne jamais devoir finir, ils approchent de leur destination.

C’est le côté inexorable de la vie !

… c’est l’abbaye du vieux !

Mais non, on dit l’Abbaye du Vœu ! Si u connais Cherbourg, tu la reconnaîtras, sinon, Google est ton ami !

– Je te présente mes hommages, mage.
– Reçois les miens, mécanicien.

C’est rigolo, non ?

Il est clair que cette remarque n’enchante pas Guilhord

Lui-même affirme ne pas être Merlin l’enchanteur !

Comme tu le vois, j’ai même cassé la baraque.

Il faudrait lui explique que casser la baraque ne signifie pas mettre sa demeure en ruines mais remporter un succès triomphal. Mais Fouchtras ne manque ni d’humour ni d’autodérision. Je le sais, je le connais bien.

Je vais te raconter cela, il n’y a pas le feu… Je devrais plutôt dire qu’il est éteint.

Excellent Mr Fouchtras… Vous faites des vannes sur une grande échelle ! (Ah ah ! Elle est bien bonne !)

N’oubliez pas le guide…