Articles

Voici l’histoire d’Otto Graff telle qu’elle est rapportée dans mon livre « Les aventures de Sébestan » (en vente ici). Selon la légende, Otto Graff le navigateur était un explorateur Viking qui, après avoir débarqué dans l’anse de l’actuelle Port-aux-Signes, a fondé une famille et s’est installé à Rosebourg, sur l’Île aux Signes.

Cherbourg, vous connaissez ?

Mais si, vous savez bien, les parapluies ! Seulement les parapluies ? Ben non, tiens… Ce serait comme restreindre Versailles à son château ou Paris à la Tour Eiffel. Ce serait réducteur et personne ne fait cela… Si ? Ah zut, j’ai raté un épisode alors !

Donc, je recommence : Cherbourg, vous connaissez ? Ah oui, j’oubliais presque : désormais – et jusqu’à nouvel ordre inclus – cela s’appelle Cherbourg-en-Cotentin, une ville d’où le soleil n’est pas absent et où l’on voit même beaucoup de palmiers.

Située à l’extrémité d’une presqu’île, la ville ne serait rien sans la mer. Elle cumule les activités de port de pêche, de plaisance et militaire. Le port transatlantique n’est plus qu’un bien beau souvenir, mais les paquebots reviennent depuis quelques années. Aucun ne sera jamais aussi élégant que le Queen Mary, parti s’ancrer définitivement à Long Beach en 1967. Même l’ombre du Titanic a fait son retour, un siècle exactement après cette unique escale de 1912… Cherbourg est née de la mer, la mer l’a nourrie, lui a permis de se développer et c’est la mer qui fait toujours rêver la ville. Mais plus seulement rêver, dirait-on.
Retrouvez ici quelques produits directement inspirés par la mer et par Cherbourg (en Cotentin).

Quelques bateaux de la Tall Ships Race amarrés dans le port transatlantique de Cherbourg, en 2005.
La Tall Ships Race – Cherbourg – 2005

Anthy est un amiral de cavalerie (ce n’est pas si difficile, il suffit pour cela d’avoir passé une partie de sa vie sur un bateau tiré par des chevaux). En réalité, ce n’est plus si simple pour lui car ses chevaux sont partis, le laissant totalement désemparé sur son bateau-maison qui ne peut plus bouger.

– Amiral, je ne voudrais pas vous paraître cavalier, mais je n’ai jamais vu ce genre d’uniforme dans la marine, dit Sébestan pour amorcer la conversation.
– C’est assez normal, mon jeune ami. Sachez que je suis amiral de cavalerie.
– Amiral de cavalerie ? Comment est-ce possible ? Dit Sébestan qui allait de surprise en surprise.
– C’est très simple, précise Guilhord. L’amiral Anthy habite la résidence flottante que tu vois ; elle est un peu particulière en ce sens que c’est un navire hippotracté.
– Hippotracté ?
– Oui, jeune ignorant : il est tiré par des chevaux qui marchent sur la berge.