Articles

j’ai remarqué en examinant certains de mes travaux récents, dessins compris, que le bleu revenait en force. Si vous avez envie de m’orienter vers une autre couleur, n’hésitez pas

J’ai une boutique en ligne. Elle me permet de vendre mes livres, mes dessins et toute la petite quincaillerie que j’élabore patiemment en parallèle avec mon activité principale.

Vous devez penser que je suis riche : que dalle ! En quelques années, elle ne m’a rapporté qu’une centaine d’euros… Quand je dis « rapporté », je parle du chiffre brut, parce que pour ce qui est du bénéfice… Alors, pour tenter de la faire vivre et de vous y attirer, je suis réduit à l’état de « cybercamelot » et je vous importune régulièrement en vous vantant les quelques avantages de crayonnages.com. Eh oui, c’est ma boutique à moi !

Et les soldes, me direz-vous !

Quoi, les soldes ? Ce n’est pas une pratique obligatoire ni automatique. Elle est très encadrée et porte avant tout sur l’écoulement des marchandises en stock. Heureusement, à part pour les livres, je n’ai qu’un stock très réduit. Par exemple, mes tirages photo et litho se font à la demande. Si j’ajoute à cela (avec modestie) que mes œuvres sont indémodables et ne sont pas périssables, je vous aurai tout dit.

En outre, il ne s’agit pas de revente mais de produits de mon crû, même si la réalisation finale a parfois demandé une assistance locale (comme pour mes mugs). Bref, j’ai travaillé pour constituer mon stock et toute peine méritant salaire, je ne brade pas mon travail. À titre d’exemple, le livre Les aventures de Sébestan m’a demandé une année de travail (qui n’a été que très partiellement rémunéré à ce jour).

Donc pas de soldes…

En revanche, à prix normal, vous trouverez sur ma jolie boutique tout un tas de choses que vous ne trouverez pas ailleurs. Si vous voulez en savoir plus, distribuer des livres et des cartes postales, n’hésitez pas à me contacter par message privé.

Bien que cela ne saute pas immédiatement aux yeux lorsqu’on le rencontre pour la première fois, Christian Leroy est un génie. Toutefois, la renommée de ce Léonard des temps modernes peinant à dépasser un rayon de 300 mètres autour de son domicile (jusqu’à la boulangerie, peut-être), il aime à se parer, en toute modestie, du titre de Génie Universel Local.

Biographie

Christian Leroy a longtemps aspiré aux titres étrangement peu convoités de « plus grand guitariste manchot » et de « meilleur dessinateur manchot ». Aujourd’hui le Manchot tend à disparaître au profit du Manchois, ce qui est bien dommage et Christian Leroy se contente désormais (bien humblement) du titre de génie. Les pessimistes diront que « la Manche » est un lieu de naissance prédestiné pour un artiste. Certes !
Les aventures de Christian Leroy ont commencé fin 1958. Très tôt, il aime barbouiller puis dessiner. Deviendra-t-il caricaturiste ou ministre, il ne le sait pas encore. Le premier déclic arrive lors de son entrée en classe de sixième et de sa rencontre avec Monsieur Lefèvre au collège Grignard, qui proclame que ce n’est pas parce que l’on peint généralement le ciel en bleu et l’herbe en vert que l’on doit s’y tenir. Plus tard, Christian vérifiera que l’enseignement de ce professeur était de très grande qualité et que les bases inculquées étaient excellentes. Il sera durablement marqué par le travail effectué alors sur la perspective. Après deux années arrive une nouvelle prof de dessin. Cela coïncide avec l’époque où Leroy décide d’étendre ses heures d’apprentissage à quelques autres cours, au grand désespoir de ses professeurs d’alors.
Viendra ensuite la période guitare pendant laquelle Christian continuera à dessiner et à réaliser les affiches du groupe formé avec ses copains… Pendant toute cette période, il s’essaiera à diverses techniques. Il conservera le crayon (graphite, mine de plomb, pierre noire) et le pastel.
Plus tard encore, notre héros partira travailler dans la région parisienne où il entrera dans une société anglaise à la pointe du marché de l’informatique et des produits audio vidéo. Là, il découvre les premiers balbutiements de ce qui deviendra le « graphisme informatique ». Il apprend à apprivoiser Ventura Publisher avec lequel il met en page ses premiers volumes, il crée, rédige et réalise le journal du support technique, remanie avec force schémas les manuels de certains produits grand public, jugés trop peu simples par des clients tels que la R à Roubaix. Il participe également à la traduction des manuels… bref, il découvre que les jouets des enfants sont conçus et fabriqués par des adultes.
Le temps passant, Leroy se fatigue de ses 4 heures de trajet quotidien. Il intègre, pendant une grosse année, un atelier de PAO et flashage. Il apprend à maîtriser un peu mieux Photoshop (version 2) Illustrator et autres XPress. Puis vient le grand tournant : Christian s’établit comme travailleur indépendant. Il réalise des traductions, met en page des manuels… La routine ! Il francise des gros logiciels tels que Winzip et Eudora et réalise pour M. A, son ancien patron, tout un tas de petits documents dont un petit manuel tirant sur la bande dessinée, destiné aux acheteurs d’antennes paraboliques, marché en plein essor à l’époque sous l’impulsion dudit M. A.
Après quelques années, Leroy décide alors qu’il est temps pour lui de revenir à Cherbourg. La passion du dessin ne l’a jamais quitté. Seule la forme a changé. Sur un conseil avisé, il s’inscrit à l’atelier graphisme de l’ESBACO où il fait la connaissance de Louis-Georges CAUVIN. Ces quelques années lui permettront de retrouver durablement la fréquentation de tout son matériel classique. L’encre de chine et le fusain viennent enrichir l’arsenal de ses outils favoris. Son goût de mélanger les techniques devient de plus en plus fort. L’un des exemples les plus aboutis à ce jour reste Les aventures de Sébestan, livre pour les illustrations duquel il mélange habilement les techniques classiques et numériques. Aujourd’hui, notre illustre génie dessine toujours, mais il reste assez réticent à la peinture. Il a pour plaisirs la réalisation d’affiches ainsi que la rédaction de textes crétins aussi, car, vous l’aurez peut-être entrevu, Christian Leroy a pour habitude de faire les choses sérieusement sans se prendre au sérieux !

Techniques

Crayon, encre, pastels, aquarelle (un peu) Tablette graphique, Illustrator, Photoshop.

Domaines

Illustration, écriture, traduction, mise en pages, édition (livres, cartes postales)

Bibliographie

La Glacerie – Mes cartes postales (coécrit et inspiré par Nathalie) Les aventures de Sébestan.

Récompenses

Guillemette d’or 2013, 2014 et 2016 catégorie « Papa t’es le plus beau du monde »

Sites

Pub Normand

Les divers services éditoriaux proposés dans le cadre des activités de Christian Leroy

Outre les articles de ma boutique en ligne, je vous propose une palette complète de services éditoriaux adaptés à la réalisation de vos documents :

Traductions techniques

Traduction de l’anglais vers le français de documents techniques (manuels, fiches, guides divers, outils de formation, supports marketing, sites Web ou autres).

Édition

Prise en charge de la totalité du processus d’édition de livres, cartes postales, papeterie, etc. Mes propres livres et objets sont visibles et disponibles dans cette boutique en ligne.

Documentation

Création de la documentation la mieux adaptée à votre produit d’après les éléments qui me sont fournis.

Publication assistée par ordinateur (PAO)

Mise en page de supports de produits (manuels et guides d’utilisation, brochures, catalogues et outils marketing, plaquettes commerciales), de supports d’entreprise (rapports, plaquettes, journaux d’entreprise) et de documents divers (panneaux d’information, affiches, flyers, pochettes ou faces de CD, etc.).

Illustration

Outre la réalisation d’illustrations vectorielles pour manuels, livres, sites Internet, outils de communication et didacticiels divers, je peux également retoucher ou créer vos images sur Photoshop. La fréquentation assidue de l’atelier graphisme de l’École Supérieure des Beaux-Arts de Cherbourg-Octeville m’a appris à maîtriser de nombreuses techniques « classiques » que je ne dédaigne pas, à l’occasion, de mêler aux techniques numériques (voir mon livre Les aventures de Sébestan).

Conseil

Vous avez un projet de mise en place d’une solution informatique dans l’un des domaines mentionnés dans ce document et vous vous posez des questions quant au choix des produits ou à la mise en œuvre de vos outils ou de votre cycle de production, n’hésitez pas à me consulter.

Otto Graff le viking

Si vous désirez intégrer les éléments graphiques de ma collection personnelle et exclusive Otto Graff le viking à votre communication, sous quelque forme que ce soit, n’hésitez pas à me contacter.

Devis gratuit sur simple demande.

Otto Graff, le héros de notre série XI siècles de Normandie

Voilà, elles sont arrivées ! Nos collections de cartes sont désormais disponibles. Vous trouverez un descriptif sur cette page. N’hésitez pas à prendre contact si vous souhaitez plus de renseignements dans le cadre d’une éventuelle distribution ou d’un achat en quantité.

Au programme, outre les incontournables paysages de notre région, quelques cartes plus humoristiques liées à la célébration du XIe siècle de la Normandie. Dessin, réalisation, édition, tout est fait maison, y compris Otto Graff le viking, représenté ci-contre (reproduction interdite).

Ces cartes sont en vente ici !

Je dois avoir un peu vieilli !

Je travaille depuis déjà plus de trente ans à traduire du code pour à peu près tout ce qui peut en contenir, de l’ordinateur classique aux démodulateurs d’antennes satellites, magnétoscopes, matériels portables et tableaux de bord de tout poil.

Depuis tout ce temps, je me dis que mon travail contribue à améliorer un peu la vie de mes contemporains… On se motive comme on peut, n’est-ce pas ? Mais trop c’est trop : quand je pense au fric et à l’énergie dépensés pour développer et vendre des applications débiles et aussi crétines que la susdite application « prout », tout cela dans le but d’inciter des ados (mais pas seulement eux) à la télécharger pour quelques euros. Vendre pour vendre ne fait progresser personne.

Oui, j’ai vieilli. Tiens, au fait, j’espérais être en retraite fin 2018. Je suis obligé de rempiler. Ce sera dur.

Comme l’a si bien dit Woody Allen : L’éternité c’est long, surtout vers la fin.